Développement économique

I.  AGRICULTURE

Plus de 90% de populations africaines vivent de l’Agriculture, cependant la faim et la malnutrition continuent à battre son plein en Afrique. Le secteur agricole contribue à hauteur de 21% à la richesse régionale. Dans plusieurs pays, cette contribution est bien supérieure: 43,4% au Burundi, 45,4% au Cameroun, 52,1% au Tchad, 55% en RDC et 58% en république centrafricaine

Dans sa stratégie du secteur de l’agriculture pour les années 2010-2014, la  Banque Afrique du Développement atteste que  l’agriculture fournit les moyens de subsistance à 80 % de la population africaine, en plus de créer des emplois pour environ 60 % de la population économiquement active et pour environ 70 % des plus pauvres sur le continent.

De ce qui précède, Le PADES estime qu’on ne peut pas parler du développement de l’Afrique sans passer par l’Agriculture. Le PADES contribuera ainsi à l’amélioration et l’augmentation de la production  par des semences améliorées et la pratique culturales modernes. Le PADES  assistera les producteurs dans la transformation et la commercialisation de leurs produits agricoles.

Pour y arriver, le PADES accompagnera les agriculteurs hommes et femmes dans leur lutte pour accéder équitablement à la terre.

Le PADES  développera également l’élevage et la pisciculture.

 II.  ENTREPREUNARIAT

Plusieurs voudraient investir, mais ne savent pas comment s'y prendre. Pour entreprendre, il faut non seulement avoir l'idée de ce que l'ont souhaite réaliser, mais il faut également réunir le capital ou le fonds de démarrage. Plusieurs africains sont butés à cette difficulté car les taux de crédits sont très élevés dans la plupart de banque et même certaines coopératives d’épargne et de crédit. Le PADES encourage un capital auto-généré, ce qui évite  à tout nouvel entrepreneur de commencer par s'endetter avant de générer des bénéfices de son activité. Cependant, le PADES travaillera à mettre à la disposition des entrepreneurs des opportunités d'accès aux financements durables.

Plusieurs pays Africains sont maintenant membre de l’espace OHADA et ayant ratifié les actes uniformes y relatif, ont commencé à harmoniser leurs législations en vue d’assouplir les procédures  pour la création d’entreprises.  Cependant, le PADES estime que les Gouvernement africains devraient s’impliquer d’avantage pour alléger les taux élevés de remboursement exigés par les institutions bancaires.

Plus de la moitié de la population africaine ont moins de 25 ans et les jeunes constituent un vivier de talents et d’innovation extraordinaire. Cependant les jeunes africains sont minés par le chômage ce qui les poussent dans la criminalité et l'immigration clandestine. Nombreux finissent dans le désert de la Lybie ou dans le ''ventre'' de l'Atlantique. Le PADES entend lutter contre l'immigration dangereuse et  accompagner les jeunes africains tentés par l'immigration clandestine à la création d'entreprises sur le continent. Pour commencer, le PADES renforcera les capacités du Réseau des Entrepreneurs de la CEDEAO et de la Diaspora et encouragera les Etats à améliorer leur climat des affaires par la promotion d'un environnement favorable aux affaires.

III.  Nouvelles Technologies de la Communication et de l’Information (NTIC)

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont devenues incontournables pour le  développement de tout pays. Le PADES va promouvoir l'innovation,  l’accès aux nouvelles technologies de l’information et de la communication y compris l’internet prioritairement dans l’éducation et les structures de santé, mais aussi dans d’autres secteurs d’activités.